VOLONTARIAT

Le Volontariat en Inde

Désireuse de «Servir Premiers les plus Souffrants», Madeleine Herman, jeune assistante sociale liégeoise, se rend à Pondichéry en 1962.

Après avoir aidé à de nombreux accouchements et, avec l’aide d’étudiants Pondichériens, elle démarre une action sociale dans le village d’Oupalam. Là, elle s’efforce de répondre aux besoins urgents de la population: dispensaire, distribution de lait aux enfants malnutris, recherche d’un travail stable pour les parents…

Inspirée par l’abbé Pierre dont elle a été la première volontaire en Inde, elle structure son action, dès 1966, en enregistrant son association, de droit indien: VOLONTARIAT.

Dès lors, l’association ne cesse de grandir, aidée par différents comités de soutien qui se créent au fil des ans en Belgique et France. Ses activités s’étendent, toujours dans le but premier initial et, ainsi, ont été créés:

  • un atelier de tissage, confection et broderie, pour redonner une dignité à des lépreux blanchis, puis à des femmes ayant la charge de leurs enfants, enfin à des handicapés physiques.
  • une ferme pour répondre à l’effort d’autosuffisance alimentaire promue par le Gouvernement Indien et qui accueille aussi des enfants.
  • des maisons pour les personnes de la rue, enfants ou personnes âgées (Souryia).

  • un programme de parrainage permettant aujourd’hui à plus de 1300 enfants de suivre une scolarité dans de bonnes conditions.
  • Plus de nombreuses aides individuelles, ponctuelles ou pérennes, en fonction de besoins identifiés.

La ferme de Touttipakkam

La ferme de Touttipakkam fut pensée et créée en 1966 comme participation au grand mouvement national de la «Révolution verte». Ce programme visait à atteindre l’autosuffisance alimentaire de l’Inde et ainsi se libérer des pays fournisseurs de céréales.

Elle se situe à 20km de Pondichéry, et couvre une superficie de 47 acres (20 ha), dont 15 ha sont cultivés, le reste étant inculte ou non irrigable ou encore réservé aux bâtiments et terrain de sports.

Des puits profonds ont été forés et équipés, certains par un cofinancement européen en 1985, les plus récents par les comités de soutien et d’autres associations.

Des arbres fruitiers sont en production : cocotiers, goyaviers, manguiers, citronniers. Nous plantons aussi des casurinas (filaos) sur les surfaces non cultivables, pour le bois utilisé en cuisine.

Ces cultures permettent l’alimentation des personnes âgées, des enfants d’Oupalam en riz, fruits, légumes, noix de coco, etc. Une culture de spiruline permet de donner un excellent complément alimentaire naturel, spécialement aux enfants anémiés.

Elevage

Afin de contrôler la qualité de la viande de poulet, le Volontariat s’est lancé dans l’élevage en 1994. 3500 poulets sont ainsi élevés en permanence dans des poulaillers fermés. Cela permet d’alimenter la cuisine centrale, le magasin de vente Tripti, ainsi que de nombreux restaurants de la ville et des environs.

Un élevage de vaches laitières a vu le jour avec une dizaine de bêtes, depuis 2015, tente l’élevage de chèvres laitières pour la confection de fromages en partenariat avec un hôtel de la région.

Un lieu de vie et de vacances

La ferme sert aujourd’hui aussi de cadre de vie pour les petits des crèches et QG, de lieu de camps de vacances pour les enfants du Parrainage entre avril et mai. C’est enfin le lieu de résidence des enfants du programme Nila Illam et de leurs responsables.

http://www.volontariat-inde.org/